Entre la mémoire et l’histoire

Mon propos, après bien d’autres, c’est la vérité en histoire. Il faut peut-être insister sur cette dimension critique à une époque où l’on aborde trop vite les questions de devoir de mémoire. C’est à elles que je viendrai pour finir; ce n’est pas d’elles que je partirai. Mon approche à son tour n’est que l’une de celles qui ont marqué l’épistémologie de la connaissance historique après le déclin de l’hegelianisme. Simmel et les néo-kantiens distinguent le fait historique du fait sociologique par la singularité non répétable de l’événement; Dilthey, longtemps suivi en France par Aron et Marrou souligne l’implication de l’interprète dans la construction de l’objectivité; les narrativistes anglo-saxons, comme Louis.O. Mink et le français Paul Veyne, observent la proximité du discours historique et du récit; j’ai moi-même suivi cette voie dans Temps et Récit; d’autres, prenant la suite de Vico, confrontent l’histoire à la rhétorique pour l’opposer, comme H. White, au positivisme suspecté de scientisme. J’ai choisi un autre angle d’attaque: la relation de l’histoire à la mémoire sur le point de la représentation du passé: qu’en est-il du rapport entre le vœu de fidélité de la mémoire et l’exigence de véracité de l’histoire? Si donc je prends en compte les phénomènes de mémoire, ce n’est pas parce que l’actualité les a portés sur l’avant-scène avec les préoccupations que je viens de dire; mais au contraire parce que la question de la représentation est une des plus anciennes que les philosophes se sont posées sous la pression des sophistes et des sceptiques. Cette situation explique que mon livre s’ouvre sur la vieille aporie grecque de la présence de l’absence dans l’eikon, l’image des choses absentes. Au risque d’effaroucher le lecteur! C’est la représentation de ce qui n’est plus présent qui pose de la façon la plus tranchante la question de la vérité dans la représentation.

Voici donc comment je vais procéder:

Je parlerai d’abord de la mémoire comme matrice d’histoire et du legs des problèmes dont l’histoire est redevable à la mémoire.

Puis je referai le parcours de l’affranchissement de l’histoire à l’égard de la mémoire jusqu’au point de se proposer de traiter les faits de mémoire comme des objets privilégiés mais néanmoins incorporés aux nouveaux objets d’une histoire dite elle-même nouvelle.

Je terminerai par le remodelage de la mémoire par l’histoire: c’est une mémoire qui a traversé l’histoire, – qui a pu être éduquée par l’histoire, – qui se pose, transformée par cette épreuve, la question du travail et du devoir de mémoire, dont je reporte ainsi la discussion.

I – La mémoire, matrice d’histoire

Si l’histoire a au plan du savoir un commencement distinct, marqué de noms fameux, Hérodote, Thucydide, voire des sources plus anciennes, ses problèmes majeurs, et, pour le dire d’emblée, ses difficultés, ses embarras lui viennent de plus loin qu’elle, de la mémoire précisément. Je vois un triple héritage: 1) la formulation d’une énigme qui touche à l’idée même de représentation, et de représentation du passé – 2) un premier modèle de résolution – 3) l’assignation du discours de la mémoire à un ou des énonciateurs dont on dit qu’ils se souviennent, donc à une pluralité de sujets de mémoire.

– 1. Voici l’énigme: le souvenir vient à l’esprit comme une image qui se donne spontanément comme signe, non d’elle-même présente, mais d’une autre chose absente qui, dans le cas précis de l’image-souvenir, est désignée comme ayant existé auparavant. Trois traits par conséquent: présence, absence, antériorité; trois traits assignés à des entités différentes. La présence est celle de l’image même, mais d’une image qui se donne comme la trace, l’empreinte, le signe de la chose absente. Sous ces termes voisins, une immense problématique est ouverte, illustrée par la métaphore de l’empreinte laissée par le sceau dans la cire; si l’empreinte est présente, la frappe du sceau ne l’est plus. D’où le renvoi au deuxième moment: l’absence; cette absence peut être celle d’une fiction, d’une fantaisie, d’une hallucination ou d’un événement réel; d’un seul coup nous est jeté le redoutable problème de la frontière entre la mémoire et l’imagination, le souvenir et la fiction: c’est là que la rhétorique aura son mot à dire à un autre niveau. Il faut dire auparavant le troisième et décisif trait de l’énigme de la représentation du passé: le sentiment de la distance temporelle, de l’éloignement, marqué dans notre langage par des temps verbaux, s’il en est, ou des adverbes, tels qu’auparavant, avant que nous en parlions et le racontions. C’est l’énigme de l’énigme: que le passé soit présent dans l’image comme signe de l’absent, mais d’un absent qui, bien que n’étant plus, a été. C’est cet avoir-été que la mémoire vise. C’est à son retour qu’elle voudrait être fidèle.

– 2. Telle est l’énigme. Et voici la première et provisoire résolution que la mémoire en propose. Au prix d’un effort intellectuel plus ou moins intense (que les Grecs appelaient anamnèsis, anamnèse, rappel, récollection), et quelquefois sans la peine d’une recherche, d’une quête, d’une enquête inquiétante, voici le retour du passé que nous appelons reconnaissance. Nous devons à Bergson dans Matière et Mémoire d’avoir reconstruit toute la problématique de la mémoire sur deux mots: la reconnaissance des images, la survivance des images. La reconnaissance est, comme j’aime dire, un petit miracle: c’est de ce bonheur de la reconnaissance que l’histoire sera privée et à la recherche duquel elle est peut-être vouée. Or la reconnaissance est de l’ordre de la certitude. On peut la contester, la soupçonner, la contredire par des documents d’une autre nature que le témoignage, comme on dira plus loin: mais nulle autre expérience primaire que la reconnaissance ne nous donnera la présence actuelle de l’absence de ce qui, bien que disparu, bien que n’étant plus, s’annonce comme ayant. La reconnaissance se donne en effet comme l’adaptation, la convenance, l’adéquation de l’image présente à la chose absente d’autrefois dont la mémoire a gardé la trace. C’est ainsi qu’à la certitude de la re-présentation de l’événement se joint la présupposition spontanée, conjecturale certes, mais invincible, de la survivance des images: survivance, reviviscence, persistance, permanence de ce qui dure, au sens où durer veut dire demeurer et non simplement passer. Comment cela se fait? Quel est ici le rôle du cerveau? Nous ne le savons guère. Et il ne nous importe pas d’expliquer ce que d’abord nous vivons dans une expérience étonnante d’identification qui nous fait nous écrier au moment bien nommé des retrouvailles: c’est bien elle! c’est bien lui! La certitude est ici inexpugnable au point de nous faire avouer: aussi douteux que soit le souvenir dans le moment de la reconnaissance, nous n’avons pas mieux que lui pour nous faire éprouver, croire, dire, raconter, que quelque chose a eu lieu auparavant tel que nous en faisons mémoire. Tel? C’est toute la question que la mémoire transmet à l’histoire dans une aura de véhémence et d’inquiétude. Voilà donc le legs de la résolution après celui de l’énigme elle-même.

– 3. Troisième legs: la mémoire n’est pas seulement la visée d’un événement passé dans sa trace laissée en nous, – ni recherche récompensée parfois et par bonheur par le petit miracle de la reconnaissance, elle est aussi auto-désignation de son propre sujet; nous disons en français que nous nous souvenons. À ce titre la mémoire est la nôtre, et d’abord mienne. Mes souvenirs m’appartiennent. Mais l’assignation à quelqu’un de l’acte de se souvenir ne se referme pas sur cette auto-désignation du titulaire du souvenir en première personne. Par sympathie, transfert dans un autre psychisme, nous sommes habilités, sur la base de la parole d’autrui, et d’autres signes que verbaux, à attribuer la mémoire à d’autres que nous-même. Cette attribution multiple rend possible le récit des souvenirs d’autres que nous, comme dans le roman, le théâtre. De proche en proche, nous assignons la mémoire à tous les sujets grammaticaux; je, tu, il/elle, nous, etc… sans omettre le distributif chacun, l’anonyme on, quelconque. C’est sur la base de cette attribution de droit multiple que nous sommes en droit de parler de mémoire collective. À cet égard, Halbwachs était en droit de parler de mémoire collective encadrant pour les mémoires privées: mais il ne maîtrisait pas le concept d’attribution multiple qui dispense de polémiquer d’un camp contre l’autre. Nos mémoires sont enchevêtrées les unes dans les autres comme le sont nos récits qui nous font tour à tour protagonistes singuliers, participants distincts ou confondus dans la masse. «Enchevêtrée dans des histoires», tel est le destin de la mémoire. C’est sur cet enchevêtrement que l’histoire enchaîne. Mais c’est avec cet enchevêtrement qu’elle fait d’abord rupture.

II – La memoire objet d’histoire

C’est en effet à un renversement des rôles que la montée en puissance de l’histoire, science humaine, donne le branle. La fine rupture s’est décidée très tôt, au point d’être à bien des égards contemporaine de la mémoire et de ses récits; elle est inaugurée par l’écriture en tant qu’inscription de l’expérience humaine sur un support matériel distinct des corps: brique, papyrus, parchemin, papier, disque dur, pour ne rien dire de toutes les inscriptions qui ne sont pas des transcriptions de la parole, de l’oralité: masques et tatouages, dessins, jeux de couleur sur le vêtement, jardins, stèles, monuments. L’inscription en ce sens est plus vaste que la scripturalité au sens lettriste et littéraire. Or le soupçon est que l’écriture puisse en tant que telle faire concurrence à la mémoire et même lui faire tort à l’occasion du soulagement, voire du court-circuit qu’elle propose aux dépens de l’anamnèse: c’est le soupçon de Platon dans le fameux mythe du Phèdre qui laisse entendre que le texte orphelin de son géniteur et privé de sa défense est livré aux aléas d’une circulation incertaine. Poison ou remède, le pharmakon de l’écriture? On n’a pas fini de se demander, dans la ligne du mythe, si l’écriture de l’histoire ne nuit pas en quelque façon à l’anamnèse, à cette récollection qui revient en force à la fin de notre investigation sous la double figure du travail et du devoir de mémoire.

Je propose de suivre le progrès de la déchirure à travers les stades de la connaissance historique, en adoptant le découpage proposé par Michel de Certeau: entre le stade documentaire, le stade de l’explication/compréhension, celui de l’écriture littéraire, étant entendu que ces stades sont découpés pour les besoins de l’analyse dans un processus qui avance de toute une pièce sur le front du savoir du passé. Qu’il s’agisse de bout en bout d’écriture, c’est ce que l’expression même d’historiographie rappelle. Je ne m’intéresse pas ici à la technique de ces opérations qui toutes ensembles constituent l’opération historiographique. Seul le destin de la mémoire m’importera, puisque c’est l’angle d’attaque que j’ai choisi de privilégier.

– 1. La rupture, au stade documentaire, ne se fait pas d’un saut; elle progresse plutôt par seuils successifs à la faveur d’une opération majeure qui a, si l’on peut dire, un pied de chaque côté de l’invisible barrière. Le témoignage en effet commence avec la mémoire elle-même prise à son niveau déclaratif: la mémoire se dit et se raconte. C’est à sa phase publique qu’elle bascule d’un régime dans un autre. C’est devant un autre que le témoin témoigne: il accompagne la simple assertion d’une réalité factuelle de la désignation de lui-même comme l’auteur crédible, fiable de son dire: «j’y étais, croyez-moi». Quelque chose de la certitude de la reconnaissance du souvenir passe dans le témoignage; mais à la sûreté de soi-même se joint l’acceptation du soupçon de l’autre, de sa méfiance; le témoignage passe ainsi dans la région du fiduciaire; la déposition écrite et signée est éventuellement renforcée par le serment de dire la vérité et en tous cas la promesse de témoigner à nouveau si une autorité habilitée le sollicite. Mais en même temps que l’entrée dans le fiduciaire se fait l’entrée dans la zone critique de la comparaison et de la critique du témoignage. Lorenzo Valla dans La Donation de Constantin reste le repère obligé de cette conquête de la dimension critique du témoignage. Marc Bloch en reste pour notre temps le théoricien indépassable. Mais en même temps qu’il place le témoignage à sa place d’honneur, il en marque la limite qui sera du même coup celle de l’apport de la mémoire à la problématique: tous les témoignages ne sont pas des témoignages intentionnels; il y a les témoins malgré eux qui ne sont tels que pour des historiens qui les interrogent. Car il n’y a pas de fait même avéré par la critique dont l’assertion ne soit pas la réponse à une interrogation qui a elle-même sa discipline, des règles apprises.

De proche en proche, les témoignages concertés, arrachés, extorqués viennent se composer dans nos archives avec des pièces à conviction dont certaines ne sont plus du tout des témoignages. Ainsi accédons-nous à la catégorie englobante de document, qui va bien au-delà de celle de la trace mémorielle: elle couvre toutes les sortes de traces matérielles laissées par l’activité humaine et susceptibles d’être effacées et donc remises à notre garde et à notre soin. C’est de cela que se chargent nos archives qui sont de vraies institutions sans équivalent du côté de la mémoire.

Avec la trace documentaire et l’archive se met en place un paradigme épistémologique qui assure l’autonomie de l’histoire sur une autre face, celle des sciences de la nature: au paradigme galiléen, défini par le rapport entre expérimentation, modélisation, vérification, s’oppose ce que Carlo Ginzburg appelle paradigme indiciaire de nature sémiotique où le document d’archive est observé, interprété, soumis au jugement des experts; il voisine alors avec le symptôme médical et les autres vecteurs d’une connaissance indirecte, conjecturale, probable. Ce caractère indiciaire de la médiation historienne n’est pas signe d’un défaut d’objectivité: c’est le mode propre de l’objectivité de la connaissance historique: la vérité documentaire, en vertu de sa qualification probaliste, admet des degrés, en fonction de la densité des indices, de leur cohérence, de l’amplitude de leur portée, de leur confirmation par le moyen de la comparaison et de la discussion. Ainsi la vérité en histoire s’est-elle éloignée d’un degré de la fidélité de la mémoire par la grâce du document et de l’archive.

– 2. Un nouveau pas est accompli sur la voie de l’autonomisation de l’histoire par rapport à la mémoire par le recours à des procédures explicatives et interprétatives qui dépassent les ressources du jugement et du raisonnement mis en œuvre par la mémoire au plan du simple récit. Je donnerai quelques exemples de ce décrochage de l’historiographie.

Prenez d’abord les usages multiples et variés du correcteur «parce que» en réponse à la question «pourquoi?». À cet égard l’histoire fait un usage généreux des catégories relevant de la causalité; elle les déploie depuis un usage proche de celui des sciences de la nature, qui rapproche cause et loi, jusqu’à un usage relevant de l’argumentation parlant de raisons d’agir; à cette variété dans l’usage de la causalité se joint un usage également gradué dans celui de la quantité et des organisations sérielles, répétitives ou cycliques; il revient à l’histoire seule de confirmer ces ressources d’explication et de compréhension dans un esprit méthodique.

Autre privilège de l’histoire: il lui appartient de distribuer en niveaux distincts les phénomènes économiques, sociaux, politiques, culturels au prix d’une réorganisation des enchaînements que l’expérience quotidienne entremêle. Plus spectaculaire encore est le recours méthodique à des considérations d’échelle que la mémoire ne pratique pas. La notion d’échelle est empruntée à la cartographie et familière aux urbanistes, planificateurs et architectes. Elle implique que l’on ne voit pas les mêmes choses à des échelles différentes. Sous sa forme la plus simple, l’échelle des durées n’est pas sans base dans la mémoire: nous avons la notion de durées longues et courtes que nous savons emboîter; mais l’histoire en fait un usage systématique en assignant des critères et des régularités différentes aux durées ainsi dissociées; mais surtout, après les Annales et Braudel qui privilégiaient des durées longues accessibles à une analyse structurale et réservaient à l’événement éphémère les durées courtes, les historiens italiens de la micro-histoire ont pratiqué ce que Jacques Revel appelle «jeux d’échelles» par variation des niveaux de lecture; ainsi le meunier du XVIème siècle italien (Carlo Ginzburg, Le Fromage et les vers) ou le villageois en proie aux pressions d’en haut (Giovanni Levi, Pouvoir au village) apprennent à s’orienter dans des situations d’incertitude qui ne correspondent pas à la structure des systèmes réglés à grande échelle. En outre les jeux d’échelles ne sont pas seulement pertinents pour les durées, mais pour les normes, les degrés d’efficacité et de contrainte. L’histoire apporte ici des distinctions et des articulations qui lui sont propres.

3 – C’est sur ce fond qu’un renversement de rôles a pu être proposé où la mémoire, de matrice d’histoire devient objet d’histoire, au même rang que tels autres «objets nouveaux» dans le cadre d’une histoire qui se dit elle-même «nouvelle». Ce renversement a été rendu possible à la faveur du développement d’un secteur distinct dans la thématique de l’histoire, à savoir l’histoire des mentalités, rebaptisée histoire des représentations en raison des équivoques du terme mentalité qui, à la suite de Levy-Bruhl, continue d’évoquer des «primitifs» présumés, donc des retards, superstitions et autres irrationalités. Du même coup une intéressante ambiguïté autour du terme représentation s’imposait au discours de l’histoire, la représentation désignant tour à tour l’image-souvenir représentant le passé, les visions du monde des acteurs de l’histoire en marche, l’opération littéraire sur laquelle s’achève le parcours de l’historien proposant sa représentation du passé dans une œuvre écrite. Cette richesse du terme représentation est à porter à son crédit. Il est bien le maître mot de toute la problématique. Quant à l’histoire de la mémoire, elle constitue un champ d’analyse incontestable principalement au niveau de la mémoire collective. Le caractère sélectif de la mémoire, avec l’aide du récit, ne privilégie pas les mêmes événements à des époques même rapprochées: ainsi les Français après 1945 n’ont considéré longtemps que les faits de collaboration et de résistance et n’ont distingué les faits relatifs à la déportation et à l’extermination des Juifs qu’à l’occasion du procès Barbie et après la guerre des six jours mettant en jeu l’existence d’Israël; les rapports de l’opinion aux événements de la guerre d’Algérie ont connu de comparables éclipses et résurgences. Mais ces variations au niveau des récits de la mémoire sont encore peu de chose comparées aux distorsions de la mémoire en deçà même du témoignage: la mémoire a ses empêchements issus de souffrances ou de culpabilités passées, ses refoulements et ses résistances, ses hantises et ses dénégations que la psychanalyse et la psychologie sociale détectent aux petites échelles individuelles, et que l’histoire des représentations rejoint aux plus grandes échelles où des enjeux de pouvoir sont engagés: l’histoire de la mémoire se fait alors critique de la mémoire en conjonction avec une sociologie des idéologies et des utopies; c’est alors dans le cadre d’une histoire du temps présent que cette histoire et cette critique courent le plus grand risque de contamination par les historiens dont elle se fait l’écho et imprudemment l’arbitre et le juge. Ce qui ne doit pas alors être perdu de vue, c’est que le jugement historique vient à son tour s’inscrire dans l mémoire collective des contemporains: celle-ci, de matrice d’histoire n’est alors devenue objet d’histoire que pour revenir réceptacle et vecteur d’histoire.

III – La Mémoire instruite par l’histoire

La reprise de l’histoire par et dans la mémoire, qui est notre troisième thème, ne se comprend que si on ajoute une dimension nouvelle à l’opération historiographique, à savoir sa phase proprement scripturaire, qui donne son sens fort au terme d’historiographie. L’histoire est certes écriture de bout en bout, elle naît même avec l’écriture et de l’écriture; mais elle produit des écritures nouvelles: textes publiés, articles, livres accompagnés ou non de cartes, images, photos et autres inscriptions. C’est à cette phase que l’histoire fait retour à la mémoire dès lors qu’elle entre dans le rapport écriture-lecture. L’écrivain fait de l’histoire. Le lecteur fait l’histoire et en faisant l’histoire transforme le faire de l’historien en faire de citoyen.

Or l’historien-écrivain connaît d’autres contraintes que celle de la rigueur documentaire aux archives ou que celle de l’explication/compréhension articulant causalité et motivation, coordonnant les niveaux économique, social, politique, culturel, ou parcourant les échelles de lecture des structures, des conjonctures, des événements. Ces contraintes consenties, et parfois opérant à l’insu de l’écrivain, ressortissent à plusieurs registres littéraires.

Ce sont bien entendu d’abord les contraintes narratives, bien connues et peut-être majorées par les écoles narrativistes: elles nous intéressent dans la mesure où elles exercent une action ambiguë au regard de l’intention de vérité de la représentation du passé: en même temps qu’elles conduisent au plus près de l’événement, lui donnent lisibilité et visibilité, elles tendent à faire écran entre la visée de réalité et la représentation en forme narrative, les jeux d’intrigue opposant leur opacité à la transparence apparente d’un récit bien conduit, pertinent, convaincant et plaisant.

À ces contraintes proprement narratives s’ajoutent celles souvent plus dissimulées de la rhétorique avec ses tours et ses tropes. Ce sont ces contraintes et ces prestiges que montent en épingle les avocats d’un traitement rhétorique de la connaissance historique à la façon de Hayden White, analyste brillant de l’imagination historique chez les grands auteurs du XIXème siècle. La pointe est dirigée contre un positivisme primaire fasciné par les succès des sciences de la nature. Mais elle se retourne contre l’idée d’objectivité historique même interprétée, comme je m’y suis employé plus haut, sur la base du paradigme indiciaire et avec les ressources d’une logique probabiliste sensible aux degrés de vérisimilitude. Mais, surtout, ce qui est perdu de vue dans une discussion centrée sur les procédés et les effets rhétoriques, c’est que le destin de la vérité en histoire ne se joue pas au seul niveau terminal de l’écriture au sens scripturaire et littéraire, mais tout au long de la chaîne épistémologique: du témoignage aux archives, de l’explication causale à la compréhension des raisons et de l’articulation des niveaux d’analyse, au parcours des degrés d’échelle. C’est l’opération historiographique intégrale qui doit être évaluée en terme de vérité dans la représentation du passé.

C’est ici que je retrouve la comparaison entre le vœu de fidélité de la mémoire et l’intention de vérité de l’histoire. Celle-ci n’étant pas gratifiée du petit bonheur de la reconnaissance – c’est là son malaise, mais non point son malheur-; on peut seulement escompter de ses constructions qu’elles soient des reconstructions plus ou moins approchées. Ce n’est pas rien. Ce régime d’approximation donne une tonalité de militance, mi-confiante, mi-méfiante, à l’entreprise entière qui m’a fait préférer le terme de représentance à celui de représentation. Vigilance et confiance de la représentance. L’ «inquiétante étrangeté» de l’histoire n’est pas abolie, mais elle ne concède rien au scepticisme que l’école rhétorique encourage.

C’est armé de tout cet appareil critique que j’aborde la question du devoir de mémoire qui suscite les objurgations, les inquiétudes et les suspicions que l’on sait. Cette préoccupation est d’ordre moral, juridique et politique et s’adresse directement à la mémoire collective et personnelle des contemporains. Portée à ce niveau la crainte est parfaitement légitime. Je l’ai seulement jugée prématurée dans sa formulation ordinaire au plan de l’opinion publique. J’ai estimé être en meilleure position pour en assumer la charge en l’ajournant au terme d’une enquête vouée à la vérité en histoire. Car comment pourrions-nous avoir des devoirs relatifs à des événements dont nous n’avons pas établi et confirmé l’authenticité au sens d’un fait avéré? J’insiste sur «avéré», «tenu pour vrai» au terme d’un examen critique tout au long de la chaîne épistémologique.

Ces précautions prises et répétées, venons-en au devoir de mémoire.

À mon sens la question ne se pose que pour une mémoire qui a été soumise à l’épreuve de l’histoire; certains estiment alors que la démarche historique peut ignorer, voire léser, une demande de reconnaissance venue principalement des victimes des plus grands crimes. En effet, avec l’histoire, la plage du souvenir est rendue immensément plus vaste par le recours aux comparaisons, plus complexe par la multiplicité des angles d’attaque, plus distante aussi en raison de la pluralité des médiations. Enfin, le souci de comprendre peut paraître empêcher celui de juger et de condamner: l’historien, à la différence du juge et du citoyen volontiers justicier, n’est pas tenu de conclure;son cadre est celui de la compréhension, de la discussion et de la controverse, et non de la réprobation. C’est sur cet horizon critique que je replace la discussion sur le devoir de mémoire. L’historien, à son tour, ne peut s’y dérober dans la mesure où ses écritures, par le biais de la lecture, entrent en composition avec d’autres écritures, fictions, théâtre, essais, pamphlets, et des non-écritures: photos, peintures, films, etc… En outre son discours rétrospectif entre en compétition et en composition avec les discours prospectifs, les projets de réforme, les utopies, bref les discours dirigés vers le futur, vers la construction et les reconstructions, au regard desquels le discours rétrospectif est sommé de se muer en outil de pronostic et de prescription. En bref, c’est le citoyen faiseur d’histoire qui est interpellé dans l’historien. À ce titre il ne récusera pas l’idée de devoir de mémoire dont la justification ultime est la justice rendue aux victimes, justice qu’une histoire des vainqueurs risque d’oublier. Ce faisant, il assume aussi la légitimité d’une querelle fomentée par la différence des visées de la mémoire et de l’histoire: celle de la mémoire est plus courte, plus proche des blessures de l’histoire en acte, plus sélective dans cette mesure même, moins volontiers attentive aux autres malheurs de l’histoire, moins disponible pour une compassion dispersée. S’il y a de l’unique pour la mémoire de la souffrance, de l’unique pour l’indignation morale, l’outil de travail de l’historien reste la comparaison: l’incomparable est alors la conclusion d’une pesée où les différences l’emportent sur les ressemblances. Mais c’est le fruit de la comparaison.

Rendu témoin de ces inévitables tensions, le philosophe ne peut offrir qu’une prudente parole de sagesse. C’est ainsi qu’il puisera dans les enseignements de la psychanalyse la référence au travail de mémoire dirigé contre les résistances que Freud assigne aux pulsions de répétition; portée au niveau de la scène publique cette référence au travail de mémoire prend toute sa force au spectacle des hantises du passé qui opposent effectivement la répétition à la remémoration. Il puisera un autre enseignement dans la psychanalyse, à savoir la limitation inéluctable de notre capacité d’identification, dont l’expérience analytique du transfert et du contre-transfert donne une idée. Or ni la mémoire, ni même l’histoire n’échappent à cette limitation affective et émotionnelle qui n’atteint pas moins l’ampleur de l’approche historienne que l’intimité de la compassion mémorielle.

Ce n’est pas tout: on n’invoque pas le devoir de mémoire et le travail de mémoire dans les mêmes contextes: on parle de devoir de mémoire à l’encontre de certains usages rusés des stratégies d’oubli, à la faveur desquels on s’emploie à ne pas voir, à ne pas vouloir savoir, à éluder la mise en cause du citoyen actif ou surtout passif. En ce sens, au regard de cette pratique de l’oubli, le devoir de mémoire signifie devoir de ne pas oublier. Mais il ne consiste pas à se remémorer sans cesse blessures, souffrances, humiliations, frustrations, mais à toujours en tenir compte dans toutes les controverses politiques et dans toutes les évaluations de situation. En tenir compte, non les ruminer. Et c’est là que le travail de mémoire vient en aide au devoir de mémoire, en luttant contre les résistances qui encouragent la répétition. De ce concours du travail et du devoir de mémoire peut émerger un souvenir actif, à la fois intelligible et supportable.

Mais alors il ne faut pas séparer le travail du souvenir du travail du deuil, qui consiste à se détacher degré par degré des objets d’amour et de haine et à en intérioriser l’image. Le deuil à cet égard est le contraire de la mélancolie, en tant que complaisance à la tristesse, enfermement dans la déploration, jusqu’à la perte de l’estime de soi-même. J’aimerais dire pour finir de quoi il est le plus difficile de faire le deuil afin de faire mémoire, qu’elle soit travail ou devoir: faire, comme on l’a dit, le deuil des objets d’amour et de haine, mais plus encore le deuil de cette sorte de répétition qui serait le retour à la situation antérieure: il restera toujours de l’irréconciliable dans nos différends, de l’inextricable dans nos enchevêtrements, de l’irréparable dans nos ruines. C’est en particulier parce qu’il y a de l’irréparable qu’il y a de l’histoire.

Tr@nsit online, Nr. 22/2002
Copyright © 2002 by the author & Transit – Europäische Revue.
All rights reserved. This work may be used, with this header included, for noncommercial purposes. No copies of this work may be distributed electronically, in whole or in part, without written permission from Transit.

Tags:

Related Content

  • Der lange Schatten des Totalitarismus

    Die demokratischen Rückschritte in zahlreichen osteuropäischen Ländern sind eine Folge der nicht aufgearbeiteten faschistischen und stalinistischen Vergangenheit, sagt die Historikerin Marci Shore (derzeit IWM Visiting Fellow) im „Presse“-Gespräch.
    Read more

  • Jenseits des Traumas.
    Überlegungen zur Erinnerungsforschung in der Postmoderne

    Die Erinnerungsforschung emanzipiert sich zunehmend von der Nationalgeschichte. In der Folge wird kollektives transnationales Gedächtnis oft mit Trauma gleichgesetzt. Martina Steer zeigt die Konsequenzen dieser Gleichsetzung auf und beleuchtet Perspektiven für einen breiteren Zugang zur Erforschung transnationaler Erinnerung, die nicht auf der Kategorie „Trauma“ basieren.
    Read more

  • Russia’s Reckoning with Katy?

    Why does it matter that the Russian parliament has just declared the Katy? mass murder of 1940 to be a Stalinist crime? Seventy years on, no one doubts the responsibility of Stalin, Beria, and the Soviet NKVD for the murder of about 21,892 Polish citizens in the Katy? Forest and four other sites. Yet, according …
    Read more

  • Lebendige Erinnerung an die Diktatur
    Was Europas Süden und Osten gemeinsam haben

    Der französische Politikwissenschaftler Maurice Duverger wurde 1951 europaweit durch das „Duverger’sche Gesetz“ bekannt, demzufolge ein System einfacher Mehrheit in Einerwahlkreisen die Herausbildung eines Zweiparteiensystems begünstigt. Zehn Jahre später jedoch veröffentlichte der 1917 geborene Sozialdemokrat ein mit „De la dictature“ betiteltes Buch, in dem er nicht trockene sozialwissenschaftliche Wahlstatistik trieb, sondern einen emotionalen, gar dramatischen Ton …
    Read more

  • The Burden of History and the Trap of Memory

    Erzwungene Wege ["Forced journeys"] is the title of the newly opened exhibition at the German Historical Museum in Berlin on the history of forced migration in Europe. It has been organized by the German League of Expellees, which represents Germans forced to migrate after WWII, and is a step towards the League's goal to set up a permanent exhibition in the German capital. The exhibition has been the source of ongoing diplomatic conflict between Germany and its eastern neighbours – above all Poland – since the League called on Poland to pay compensation to former German owners of Polish property and even opposed Poland's accession to the EU. Philipp Ther outlines the background of the historical conflict between Germany and Poland, the reasons behind the paradigm shift from culprit to victim in the German view of its history, and the enduring and very different memory in Poland of the German occupation.
    Read more

  • Das Böse nach dem Tod. Das öffentliche Ableben eines politischen Abjekts. Nicolae Ceausescus posthumes Leben im (heißkalten) rumänischen Leichenkeller

    Wie gehen Gesellschaft und Politik mit dem toten Bösen um? Die Leiche des rumänischen Diktators Nicolae Ceausescu wurde buchstäblich auf Eis gelegt, und der Umgang mit seiner Leiche ist bis heute ein „Un-Thema“ geblieben. Sind die Erinnerungen an ihn, seine Ära und seinen Tod nun heiß oder kalt? Eine unvollendete Erzählung mit europäischer Moral und Tradition: Echo der – noch warmen - Erinnerungen.
    Read more

  • The Reasons for the Current Upsurge in Memory

    We are witnessing a world-wide upsurge in memory. Over the last twenty or twenty-five years, every country, every social, ethnic or family group, has undergone a profound change in the relationship it traditionally enjoyed with the past. This change has taken a variety of forms: criticism of official versions of history and recovery of areas …
    Read more

  • Shared Memory. Buchenwald and Beyond.

    I. Introduction One could say that Germans have “difficulties” with their past. Posthumous generations have started to accept collective responsibility for the moral, political, and financial consequences of the “Third Reich”. Therefore, younger age groups still see National Socialism (and not the fall of the Berlin Wall in 1989) as the central historical event. German …
    Read more

  • Hot Memory … Cold Memory. On the Political Half-Life of Fascist and Communist Memory.

    In his reflections on twentieth-century history, Memoirs of a Ravaged Century, Robert Conquest admits that for all his scathing condemnation of Soviet atrocities, "I feel" the Holocaust was "worse" than Stalinist crimes.[1] The comparative intensity of feelings makes a difficult subject for historical explanation, but these feelings are important - they happen to be my feelings too, and those of many in Europe, the Americas, and elsewhere who reflect on history.
    Read more

  • L’avènement mondial de la mémoire

    Nous vivons l’avènement mondial de la mémoire. Depuis vingt ou vingt-cinq ans, tous les pays, tous les groupes, sociaux, ethniques, familiaux, ont été amenés à connaître un profond changement du rapport traditionnel qu’ils entretenaient avec le passé. Ce changement a pris des formes multiples: critique des versions officielles de l’histoire et remontées du refoulé historique; …
    Read more

Tr@nsit Online Authors

  • Bradley F. Abrams

    History, Stanford University
    Read more

  • Thomas Ahbe

    Thomas Ahbe studierte Philosophie, Ökonomie und Soziologie. Seit 1998 wirkt er freischaffend als Sozialwissenschaftler und Publizist. Seine Arbeitsschwerpunkte sind Diskurs- und Kulturgeschichte der deutschen Zweistaatlichkeit und der ostdeutschen Transformation sowie die Generationengeschichte der DDR und Ostdeutschlands.   Print

  • Karl Aiginger

    Karl Aiginger is Director of WIFO (Österreichisches Institut für Wirtschaftsforschung), Professor of Economics and Coordinator of the project A new growth path for Europe within the 7th European Framework Program.   Print

  • Huercan Asli Aksoy

    Ph.D. candidate in Political Science, University of Tübingen
    Read more

  • Sorin Antohi

    Sorin Antohi is Professor of History at Central European University, Budapest.   Print

  • Timothy Garton Ash

    History, Oxford
    Read more

  • Roumen Avramov

    Program director for economic research at the Center for Liberal Strategies, Sofia
    Read more

  • Adam Baczko

    PhD Candidate in Political Science, EHESS, Paris
    Read more

  • Pavel Barsa

    Associate Professor of Political Science, Charles University Prague
    Read more

  • Rainer Bauböck

    Rainer Bauböck is professor of social and political theory at the European University Institute in Florence. In 2006 he was awarded the Latsis Prize of the European Science Foundation for his work on immigration and social cohesion in modern societies. Among his many publications are Immigration and Boundaries of Citizenship (1992), Transnational Citizenship: Membership and …
    Read more

  • Steven Beller

    Geschichte, Cambridge
    Read more

  • Naja Bentzen

    Freelance journalist, Wien
    Read more

  • Luiza Bialasiewicz

    Jean Monnet Professor of EU External Relations, University of Amsterdam
    Read more

  • Muriel Blaive

    Muriel Blaive ist seit 2012 Institutskoordinatorin des Ludwig Boltzmann Instituts für Europäische Geschichte und Öffentlichkeit.   Print

  • Andras Bozoki

    Sociology, Budapest
    Read more

  • José Casanova

    Professor für Soziologie, New School for Social Research, New York
    Read more

  • Daniel Chirot

    Soziologie, Seattle
    Read more

  • Robert Cooper

    Robert Cooper ist britischer Diplomat und derzeit als Sonderberater des Europäischen Auswärtigen Dienstes (European External Action Service, EEAS) tätig. Er ist zudem Gründungsmitglied des European Council on Foreign Relations (ECFR).   Print

  • Peter Demetz

    Sterling Professor Emeritus of German and Comparative Literature, Yale University; Korrespondierendes Mitglied des IWM
    Read more

  • James Dodd

    Associate Professor of Philosophy, New School for Social Research, New York

    Guest
    (Septermber – October 2016)
    Read more

  • Martin Endreß

    Martin Endreß ist Professor für Soziologie an der Universität Trier.   Print

  • Mischa Gabowitsch

    Mischa Gabowitsch (gabowitsch.net) is a research fellow at the Einstein Forum in Potsdam. He is the author of Putin kaputt!? (Suhrkamp, 2013), a study of the 2011-13 Russian protests for fair elections, and maintains protestrussia.net, which collects academic resources for the study of protest in Russia.   Print

  • Charles Gati

    Charles Gati is Senior Acting Director of Russian and Eurasian Studies and Foreign Policy Institute Senior Fellow at the School of Advanced International Studies at the Johns Hopkins University, Washington, D.C.     Print

  • Dessy Gavrilova

    Dessy Gavrilova is the founding Director of The Red House – Center for Culture and Debate in Sofia, Bulgaria.     Print

  • Keith Gessen

    Keith Gessen is a freelance writer living in Cambridge, MA.   Print

  • Gerhard Gnauck

    Warsaw correspondent for Die Welt
    Read more

  • Katya Gorchinskaya

    Managing Editor for Investigative Programming, Radio Free Europe/Radio Liberty (REF/RL), Kyiv
    Read more

  • John Gray

    John Gray is Professor of European Thought at the London School of Economics.   Print

  • Rainer Gries

    Rainer Gries lehrt und forscht als Universitätsprofessor am Historischen Institut der Friedrich-Schiller-Universität Jena, am Institut für Publizistik- und Kommunikationswissenschaft der Universität Wien sowie an der Sigmund Freud PrivatUniversität Wien. Zu seinen Forschungsschwerpuntken zählen u.a. die Gesellschaftsgeschichte Deutschlands und Österreichs im 20. Jahrhundert und die Geschichte des Konsums in Europa.   Print

  • Eva Hahn

    Geschichte
    Read more

  • Gábor Halmai

    Professor of Law, Department of European Studies; Eötvös Loránd University, Budapest
    Read more

  • Elemer Hankiss

    Professor für Politikwissenschaft, Eötvös Lorand Universität, Budapest; Korrespondierendes Mitglied des IWM
    Read more

  • Miklós Haraszti

    Miklós Haraszti is a writer, journalist, human rights advocate and university professor. He served the maximum of two terms as the OSCE Representative on Freedom of the Media from 2004 to 2010. Currently he is Adjunct Professor at the School of International and Public Affairs of Columbia Law School, New York. Haraszti studied philosophy and …
    Read more

  • Sabine Hark

    Sabine Hark forscht an der Wirtschafts- und Sozialwissenschaftlichen Fakultät der Universität Potsdam, Professur für Frauenforschung.   Print

  • Annemieke Hendriks

    Freelance journalist, Berlin
    Read more

  • Charles Hirschman

    Charles Hirschman is Boeing International Professor at the Department of Sociology and the Daniel J. Evans School of Public Affairs, Washington University.     Print

  • Jennifer L. Hochschild

    Jennifer L. Hochschild is Professor of Government at the John F. Kennedy School of Government, and Professor of African and African-American Studies at the Faculty of Arts and Sciences, Harvard University.   Print

  • Yaroslav Hrytsak

    History, Central European University Budapest
    Read more

  • Richard Hyman

    Richard Hyman ist Professor für Politikwissenschaft an der London School of Economics.   Print

  • Vladislav Inozemtsev

    Professor of Economics at Higher School of Economics; Director, Centre for Post-Industrial Studies, Moscow
    Read more

  • Bruce P. Jackson

    Bruce P. Jackson is the founder and President of the Project on Transitional Democracies. The Project is a multi-year endeavour aimed at accelerating the pace of reform in post-1989 democracies and advancing the date for the integration of these democracies into the institutions of the Euro-Atlantic. Jackson has written extensively about the engagement of Russia …
    Read more

  • Tom Junes

    Visiting Researcher, Warsaw University, and Visiting Lecturer in Polish history, KULeuven, Belgium
    Read more

  • Alex J. Kay

    Alex J. Kay holds a PhD in History from the Humboldt University Berlin.   Print

  • Anatoly M. Khazanov

    Anatoly M. Khazanov ist Professor für Anthropologie an der University of Wisconsin, Madison.   Print

  • Cornelia Klinger

    Professor of Philosophy, University of Tübingen
    Read more

  • Gudrun-Axeli Knapp

    Professor of Social Sciences and Social Psychology, University of Hannover
    Read more

  • Jacek Kochanowicz

    Jacek Kochanowicz is Professor for Economic History at Warsaw University.       Print

  • Michal Kopecek

    International Relations, Charles University Prague
    Read more

  • János Kornai

    János Kornai is Prof. em. for Economics  at Harvard University and Permanent Fellow at the Collegium Budapest – Institute for Advanced Study. He is a member of the Hungarian Academy of Sciences and the Academia Europeae, and Foreign Member of the American, British, Bulgarian, Finnish, Russian and Swedish Academies. He has served as President of …
    Read more

  • Pavel Kouba

    Professor für Philosophie an der Karlsuniversität, Prag; Leiter des Zentrums für Phänomenologische Forschung an der Tschechischen Akademie der Wissenschaften
    Read more

  • János Mátyás Kovács

    IWM Permanent Fellow
    Lecturer, Department of Economics, Eötvös Lorand University, Budapest
    Read more

  • Ivan Krastev

    IWM Permanent Fellow
    Chair of the Board, Centre for Liberal Strategies, Sofia
    Read more

  • Yustyna Kravchuk

    PhD candidate in Film and Media Studies, National Academy of Sciences of Ukraine, Kyiv
    Read more

  • Jacek Kucharczyk

    Jacek Kucharczyk ist Head of Programs am Institute of Public Affairs in Warschau.   Print

  • Aleksander Kwasniewski

    Aleksander Kwasniewski war Präsident Polens. Seine Amtszeit verlief von 1995 bis 2005 über zwei Legislaturperioden.   Print

  • Mladen Lazic

    Professor of Sociology, University of Belgrade
    Read more

  • Claus Leggewie

    Professor für Politikwissenschaft, Justus-Liebig-Universität Giessen
    Read more

  • André Liebich

    Honorary Professor of International History and Politics, Graduate Institute, Geneva
    Read more

  • Burkhard Liebsch

    Burkhard Liebsch ist Professor für Philosophie an der Ruhr-Universität Bochum.   Print

  • Michal Luczewski

    Ph.D. candidate in Sociology, Warsaw University
    Read more

  • Charles S. Maier

    Charles S. Maier ist Direktor des Center for European Studies, Harvard University.   Print

  • Andrey Makarychev

    Andrey Makarychev ist Professor und Research Fellow am Institut Osteuropäische Studien an der Freien Universität Berlin.   Print

  • Michał Maciej Matlak

    Ph.D. candidate, Department of Political and Social Sciences, European University Institute, Florence
    Read more

  • Erik Meyer

    Erik Meyer ist seit 2000 wissenschaftlicher Mitarbeiter am Sonderforschungsbereich ‘Erinnerungskulturen’ an der Justus-Liebig Universität Gießen.   Print

  • Krzysztof Michalski

    IWM Founding Rector
    Read more

  • Hans J. Misselwitz

    Hans-Jürgen Misselwitz ist ein deutscher SPD-Politiker und Gründungsmitglied des Instituts Solidarische Moderne.   Print

  • Alessandro Monsutti

    Alessandro Monsutti is an associate professor of anthropology and development sociology at the Graduate Institute of International and Development Studies in Geneva, as well as research associate at the Refugee Studies Centre at the University of Oxford. He worked as a consultant for several nongovernmental and international organizations, icnluding UNHCR. His book War and Migration: Social Networks …
    Read more

  • Jan-Werner Müller

    Professor of Politics, Princeton University

    Visiting Fellow
    (September 2016 – June 2017)
    Read more

  • Rainer Münz

    Professor für Bevölkerungswissenschaft, Humboldt-Universität zu Berlin; Korrespondierendes Mitglied des IWM
    Read more

  • Sighard Neckel

    Professor of Sociology, Goethe-Universität, Frankfurt am Main
    Read more

  • Katherine Newman

    Katherine S. Newman is the James B. Knapp Dean of The Zanvyl Krieger School of Arts and Sciences. She is a widely published expert on poverty and the working poor who led major interdisciplinary initiatives at Princeton and Harvard universities.     Print

  • Pierre Nora

    Pierre Nora lehrt Geschichte an der École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) in Paris.   Print

  • Tereza Novotna

    Political Science, Boston University
    Read more

  • Ewald Nowotny

    Ewald Nowotny is Governor of the Austrian National Bank.   Print

  • Thomas Nowotny

    Thomas Nowotny teaches Political Science at the University of Vienna. He has been Austrian diplomat, private secretary to Austrian Chancellor Bruno Kreisky, senior political counselor to the European Bank for Reconstruction and Development, and consultant to the OECD.   Print

  • Vlad Odobescu

    Freelance journalist, Romanian Centre for Investigative Journalism, Bucharest
    Read more

  • Andrzej Paczkowski

    Professor für Geschichte, Institut für Politische Studien, Polnische Akademie der Wissenschaften, Warschau
    Read more

  • Emilia Palonen

    Politics, University of Essex
    Read more

  • Irina Papkova

    Irina Papkova is a Research Fellow of Georgetown University’s Berkley Center for Religion, Peace, and World Affairs. She spent five years teaching at the Department of International Relations and European Studies at Central European University, Budapest.   Print

  • Agnieszka Pasieka

    Ph.D. in Social Anthropology from the Martin Luther University, Halle/Saale
    Read more

  • Gleb Pavlovsky

    President, Center of Effective Policies; Member, Public Chamber of the Russian Federation; Editor-in-Chief, The Russian Journal (Moscow)
    Read more

  • György Péteri

    Professor of Contemporary European History, Norwegian University of Science and Technology, Trondheim
    Read more

  • Tanja Petrovic

    Tanja Petrovic works at the Scientific Research Center of the Slovenian Academy of Sciences and Arts, Ljubljana.   Print

  • David Petruccelli

    PhD candidate in History, Yale University
    Read more

  • Alexander von Plato

    Alexander von Plato ist ein deutscher Philosoph und Historiker. Er gründete das Instituts für Geschichte und Biographie an der Fernuniversität Hagen, das er bis 2007 leitete. Von 1996 bis 2000 war er Sekretär der International Oral History Association, von 2006 bis 2008 deren Vizepräsident. Er ist Mitherausgeber und Redakteur von BIOS – Zeitschrift für Biographieforschung, Oral …
    Read more

  • Andrei Plesu

    Andrei Plesu ist Rektor des New Europe College, Bukarest. 1989- 1991 war er rumänischer Kulturminister und 1997- 1999 rumänischer Außenminister.   Print

  • Martin Pollack

    Martin Pollack, geb. 1944 in OÖ, studierte Slawistik und osteuropäische Geschichte. Er war von 1987 bis 1998 Redakteur des “Spiegel” in Warschau und Wien und lebt heute als Schriftsteller und literarischer Übersetzer in Wien und Bocksdorf im Südburgenland. 2011 erhielt er den Leipziger Buchpreis zur Europäischen Verständigung und 2012 den Stanislaw-Vincenz-Preis. Zuletzt erschien von ihm …
    Read more

  • Krzysztof Pomian

    Krzysztof Pomian is Professor of History at the Nicolaus Copernicus University (Toruń) and Academic Director of the Museum of Europe in Brussels.   Print

  • Romano Prodi

    Romano Prodi war von September 1999 bis November 2004 Präsident der Europäischen Kommission.   Print

  • Lipin Ram

    PhD candidate and teaching assistant in Anthropology and Sociology of Development, Graduate Institute, Geneva
    Read more

  • Mykola Riabchuk

    Senior Research Fellow, Institute of Political and Nationalities’ Studies, Academy of Sciences, Kyiv
    Read more

  • Edelbert Richter

    Edelbert Richter ist deutscher Theologe, Politiker und war Mitglied des Deutschen Bundestages.   Print

  • Paul Ricoeur

    Paul Ricoeur ist Philosoph und war Professor Emeritus an der University of Chicago und an der Sorbonne. Er war Mitglied der Académie Francaise und Mitglied des Wissenschaftlichen Beirats des IWM. Er starb 2005.   Print

  • Michel Rocard

    Michel Rocard, former First Secretary of the French Socialist Party and a member of the European Parliament for 15 years, was Prime Minister of France from 1988 to 1991.   Print

  • Akos Rona-Tas

    Akos Rona-Tas is professor at the Sociology Department of the University of California, San Diego and a research associate at Met@risk, INRA, Paris. He is the author of the books Plastic Money: Constructing Markets for Credit Cards in Eight Postcommunist Countries (with Alya Guseva, 2014) and Surprise of the Small Transformation: Demise of Communism and …
    Read more

  • Lew Rubinstein

    Lew Rubinstein lebt als Poet und Essayist in Moskau. Nach dem Studium der Philologie war er als Bibliothekar tätig. Seit Ende der 1960er-Jahre verfasst er poetische Arbeiten, seit 1974 serielle Textzyklen als so genannte Kartotheken. Zusammen mit Andrej Monastyrskij, Dimitrij A. Prigov und Vladimir Sorokin gilt er als wichtigster Vertreter des Moskauer Konzeptualismus. Print

  • Jacques Rupnik

    Geschichte und Politikwissenschaft, Paris
    Read more

  • Claudia Šabi?

    Claudia Šabi? ist Politikwissenschaftlerin und Ethnologin. Seit 1998 ist sie Wissenschaftliche Mitarbeiterin an der Goethe-Universität, Frankfurt am Main. Print

  • Ranabir Samaddar

    Ranabir Samaddar is the Director of the Calcutta Research Group. His research focuses on migration and refugee studies, the theory and practices of dialogue, nationalism and post-colonial statehood in South Asia, and new regimes of technological restructuring and labour control. Among his many publications are Marginal Nation: Trans-border Migration from Bangladesh to India (1999), Politics of Dialogue: Living under …
    Read more

  • Paul Sanders

    Paul Sanders is a historian and management scholar. He is a full-time professor at Reims Management School in Reims, France. He has published across the disciplines of history, international relations and leadership.   Print

  • Karl Schlögel

    Karl Schlögel war Professor für Osteuropäische Geschichte zuerst an der Universität Konstanz, dann an der Europa-Universität Viadrina in Frankfurt/Oder. Nach seiner Emeritierung arbeitet er an einer Archäologie des Kommunismus und einer Geschichte des Wolgaraumes. Zurzeit ist er City of Vienna/IFK Fellow am IFK in Wien.     Print

  • Thomas Schmid

    Thomas Schmid is the publisher of the WELT Group, Berlin. He worked for various newspapers, among them as editor of the Frankfurter Allgemeine Zeitung and the Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung. From 2006 to 2010 he was Editor-in-Chief of Die Welt.   Print

  • Margit Schratzenstaller

    Margit Schratzenstaller is senior researcher at the Austrian Institute of Economic Research (WIFO) and is currently coordinating (together with Karl Aiginger and Stefan Ederer) ‘WWW for Europe’, a 4-year research project within the 7th Framework Program funded by the European Commission.   Print

  • Dieter Segert

    Dieter Segert ist Professor für Transformationsprozesse in Mittel-, Südost- und Osteuropa am Institut für Politikwissenschaft der Universität Wien. Seit September 2007 ist er Mitglied des Vorstandes des IDM Wien, seit Juni 2008 Mitglied der Leibniz-Sozietät der Wissenschaften zu Berlin.   Print

  • Victoriya Sereda

    Sociologie, Ivan-Franko-Universität, Lviv
    Read more

  • Michel Serres

    Michel Serres ist Philosoph und Mitglied der Académie Française.   Print

  • Marci Shore

    Associate Professor of History, Yale University
    Read more

  • Sławomir Sierakowski

    Director, Institute for Advanced Study, Warsaw; Founder, "Krytyka Polityczna" movement
    Read more

  • Sara Silverstein

    Ph.D. Candidate in Modern European and International History, Yale University
    Read more

  • Aleksander Smolar

    Political Science, Paris
    Read more

  • Timothy Snyder

    IWM Permanent Fellow
    Bird White Housum Professor of History, Yale University
    Read more

  • George Soros

    George Soros is a pioneer of the hedge-fund industry, investor and philanthropist, he is the author of many books, including Financial Turmoil in Europe and the United States: Essays (2012), The Soros Lectures: At the Central European University (2010), The Crash of 2008 and What it Means: The New Paradigm for Finance Markets (2009).   …
    Read more

  • Robert Spaemann

    Robert Spaemann ist Professor em. für Philosophie an der Universität München.   Print

  • Pawel Spiewak

    Associate Professor of Sociology, Department of Sociology and Philosophy, Warsaw University
    Read more

  • Wilfried Stadler

    Wilfried Stadler ist Unternehmensberater, Wirtschaftspublizist und Honorarprofessor an der Wirtschaftsuniversität Wien. Bis 2009 war er Vorstandsvorsitzender einer österreichischen Spezialbank für Unternehmensfinanzierung.   Print

  • Rudolf Stamm

    Rudolf Stamm war von 1975 bis 1988 Korrespondent der Neuen Zürcher Zeitung für Osteuropa und Österreich, anschließend bis 1999 für Italien, dann bis zu seiner Pensionierung 2002 für die USA mit Sitz in Washington D.C. Er starb 2010 in der Schweiz. 1985 erscheinen seine NZZ-Reportagen aus Osteuropa in dem Band Alltag und Tradition in Osteuropa. …
    Read more

  • Paul Starr

    Paul Starr ist Professor für Soziologie an der Princeton University und Mitherausgeber von The American Prospect. Er ist Pulitzer-Preisträger.   Print

  • Martina Steer

    ÖAW APART Fellow (History)
    Read more

  • Kristina Stoeckl

    Research Director
    APART Fellow, Austrian Academy of Sciences; Department of Political Sciences, University of Vienna
    Read more

  • Roman Szporluk

    Roman Szporluk is Professor em. of Ukrainian History at Harvard and Professor em. of History at the University of Michigan. He is a foreign member of the National Academy of Sciences in Kiev, Ukraine. His research focuses on modern Ukrainian, Russian, and Polish history, and on Marxism and nationalism in Eastern Europe.   Print

  • Charles Taylor

    IWM Permanent Fellow
    Professor em. of Philosophy, McGill University, Montréal
    Read more

  • Maria Teteriuk

    PhD candidate in Mass Communications and senior lecturer in Media Studies, National University of 'Kyiv-Mohyla Academy', Ukraine
    Read more

  • Philipp Ther

    Junior Professor of Polish and Ukrainian Studies, Europa-Universität Frankfurt / Oder
    Read more

  • Maria Todorova

    Professor of History, University of Illinois at Urbana Champaign
    Read more

  • Balázs Trencsényi

    Balázs Trencsényi, Ph.D., is Associate Professor at the Department of History, CEU. His research focuses on the comparative history of political thought in East Central Europe and the history of historiography. He is co-director of Pasts, Inc., Center for Historical Studies at CEU and Associate Editor of the periodical East Central Europe (Brill). He was …
    Read more

  • Stefan Troebst

    .
    Read more

  • Marius Turda

    Lecturer in the Education Abroad Program, Eötvös Lorand University, Faculty of Humanities, Budapest
    Read more

  • Andreas Umland

    Andreas Umland ist Wissenschaftlicher Mitarbeiter am Institut für Euro-Atlantische Kooperation Kiew sowie Herausgeber der Buchreihe Soviet and Post-Soviet Politics and Society, ibidem-Verlag Stuttgart. Print

  • Victoria Vasilenko

    Assistant Professor of Contemporary History and International Relations, Belgorod National Research University
    Read more

  • David G. Victor

    David G. Victor is a Professor at the School of International Relations and Pacific Studies at the University of California, San Diego, where he directs the Laboratory on International Law and Regulation.   Print

  • Harald Welzer

    Harald Welzer ist Forschungsprofessor für Sozialpsychologie an der Universität Witten/Herdecke und Direktor des Center for Interdisciplinary Memory Research am Kulturwissenschaftlichen Instituts Essen.   Print

  • Karolina Wigura

    Adjunct of the History of Ideas, University of Warsaw; Co-Editor of Kultura Liberalna
    Read more

  • Volodymyr Yermolenko

    Volodymyr Yermolenko is a Ukrainian philosopher and essayist. He has a degree in Political Science from the EHESS, Paris, and teaches at Kyiv Mohyla Academy in Kyiv. He is the author of the book Narrator and Philosopher: Walter Benjamin and his time (2011, in Ukrainian). Print

  • Oksana Zabuzhko

    Free-lance writer, Kiev
    Read more

  • Tatiana Zhurzhenko

    Research Director, Russia in Global Dialogue / Ukraine in European Dialogue
    Read more